Seulement le 2ème jour et pourtant l’impression d’être arrivés il y a des semaines. Le dépaysement est tellement radical! Notre esprit est constamment sollicité, soumis à de nouvelles découvertes.

Aujourd’hui, on va vivre l’expérience du bureau de change et tenter de trouver une connexion internet. En Suisse, cela est simple, ici… tout est compliqué!

Une fois de plus, on se retrouve devant une file interminable pour rentrer dans le bureau de change. Des hommes armés gardent un camion blindé pendant que les employés de la banque amènent les sacs remplis de devises (50% des ressources de Cuba sont les devises étrangères). On profitera du départ du blindé pour entrer dans le bureau de change et nous éviter les heures d’attente…

On a vécu le rationnement de l’eau hier, aujourd’hui ce sera le rationnement des billets de banque. Yann repartira avec une liasse de billets de 5 CUC et moi, avec un peu plus de chance, une liasse de billets de 10 CUC.

Internet n’est réservé qu’à de rares privilégiés à Cuba. On savait déjà que la tâche n’allait pas être simple. Seuls quelques hôtels proposent des accès à Internet. Après une tentative échouée dans un hôtel pour cause de rationnement de code wifi (oui, oui, ils rationnent tout à Cuba…). On a enfin trouvé un moyen de donner des nouvelles et de nous reconnecter au monde!

Passé toute la journée à marcher au travers des rues du centre de la Havane, on négocie un cyclo pousse (de 8 CUC à 2 CUC…) pour rentrer à la casa. Le cyclo pousse est le moyen de transport local utilisé par les locaux à la force des mollets du chauffeur. Le notre avait une tête sortie tout droit d’un clip de reggeaton. Retour plutôt sportif… au travers des rues pavées, bosselées et parfois trouées de la vieille Havane!

Le soir, on tombe par hasard sur une charmante ruelle de la vieille Havane où on dégustera une langouste butterfly pour l’équivalent de 10 CHF, mojito, accompagnements, dessert et café compris.